Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 22:36
La tempête a secoué les arbres multicentenaires et ce grand conifère  fatigué tombera par tranches sous les coups de griffes d'un acrobate. Avant j'y observais les écureuils dans leurs voltiges sans filets.



Repost 0
Guy Boyer Boguy - dans travaux
commenter cet article
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 22:03

Rappel des articles précédents :  ICI  et  LA

Jeudi 24 avril, le soleil est de retour, les compagnons de l'entreprise Dagand enlèvent la bâche qui recouvrait depuis des mois le toit de l'abside de l'église Saint Caprais de Carsac. Le rideau se lève sur le dernier acte d'un travail d'artiste.


 David et Jean-Pierre mettent la dernière main à la réalisation du faîtage de l'ouvrage. Le soleil renvoie la lumière  des pierres encore blanches.

                                                                          photos Boguy 24 avril 2008


Jean-Pierre peaufine le calage des lauzes, il a raison d'être fier de cette réalisation qui participera pendant des décennies à la découverte des trésors de  l'architecture du Périgord.

Les pierres proviennent de la carrière d' Exideuil, une des seules encore en activité pour les lauzes périgourdines.

Prochainement les photos de l'ouvrage achevé.
Repost 0
Guy Boyer Boguy - dans travaux
commenter cet article
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 21:26
Le travail des compagnons


DSC-1478.JPG

Remplissage des joints avec du mortier de chaux naturelle et du sable de carrière.

DSC-1481.JPG
                                                                         photos Boguy oct.2007

Le chef d'équipe M. Bergès explique le travail à réaliser pour remonter la voûte endommagée par une fissure verticale (voir photo générale)
Repost 0
Guy Boyer Boguy - dans travaux
commenter cet article
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 11:39
Le château de Carlux a été fondé au XI ème siècle sur un promontoire rocheux au dessus du village. Le rempart sud qui épouse parfaitement les courbes de la falaise menaçait ruine, voir l'état en 2005 :

carlux0505a.JPG
                                                                                                                            photo Boguy mai2005


Grâce aux efforts conjugués de l'état, de la région Aquitaine, du département de la Dordogne et de la commune de Carlux, les travaux de restauration sont confiés à l'entreprise "Les compagnons réunis" spécialisée dans la réhabilitation des monuments historiques.

DSC-1467.JPG


DSC-1470.JPG


DSC-1473.JPG
                                                                                                                           Photos Boguy oct. 2007


Prochain article: le travail des compagnons
Repost 0
Guy Boyer Boguy - dans travaux
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 12:17

Mais d'où viennent ces pierres blondes qui donnent de la couleur aux murs de nos villages ?

Voici un des lieux très connus des maçons en Périgord noir:

                       photos Boguy

Pour éviter de polluer le paysage, ils exploitent maintenant dans des galeries souterraines; pour voir leur site, cliquer   ICI

Repost 0
Guy Boyer Boguy - dans travaux
commenter cet article
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 12:35

Surplombant de 100 m la vallée de l'Elle sur la commune de Villac (Dordogne), au dessus de la route départementale 64 reliant le bourg de Villac à la route nationale 89, le viaduc de l'Elle aura une longueur de 474 m répartis en sept travées symétriques: une travée centrale de 80 m., quatre travées principales de 76 m. deux travées de rives de 45 m. Ses six piles auront une hauteur de 22 à 89 m. Le viaduc aura un tablier unique. Le haut de chacune des piles s'élargira en chapiteau (chevêtre) de 13 m. pour recevoir les deux poutres acier de 3,15 m. de haut. Ces deux poutres soutiendront des poutres acier transversales (pièces de pont et consoles) qui seront solidaires du tablier. Le tablier n'aura donc que 3 m. de haut et apparaîtra très mince. La chaussée sera en pente ouest-est de 3,5 % et en léger toit latéralpour permettre l'évacuation rapide des pluies dans les deux corniches caniveaux et vers le bassin de traitement. Le tracé en plan formera un léger S. Sur les piles béton l'entreprise lancera une charpente métallique à partir des bords (culées). Le tablier béton sera ensuite mis en place sur la charpente. C'est ce qu'on appelle un ouvrage à ossature mixte acier béton.

 

   

ressources documentaires : ASF       lien clic  ICI

Repost 0
Guy Boyer Boguy - dans travaux
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 22:15

La construction du viaduc de l'Elle sur le chantier de l'autoroute A 89 entre Thenon et Terrasson.

                                                         photo Boguy

Le sommet du chantier domine la petite rivière Elle de près de 100 m.

 

                                           photo Boguy

Repost 0
Guy Boyer Boguy - dans travaux
commenter cet article
13 juin 2006 2 13 /06 /juin /2006 15:26

Pourvoir l'article précédent cliquez  ICI

La température extérieure ne se prête plus aux travaux durs de plein air aussi je pense que je vais attendre l'automne prochain pour poursuivre les travaux.

Aux mois d'avril et mai, j'ai pu y travailler un peu : démolition et reconstruction du mur EST , voilà l'état des travaux à ce jour, il me reste environ une vingtaine de cm de murs en hauteur avant d'attaquer la couverture. Pour celle ci je me documente, voir le lien ci contre : http://www.maisonpierreseche.com/fr/methodes.htm

 

Repost 0
Guy Boyer boguy - dans travaux
commenter cet article
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 22:08


Il y a quelques semaines, je vous avais présenté mes débuts dans l'art de rénover une vieille cabane en pierres sèches. Voici la suite de mes travaux :



16 février 2006
 

Le plus long c'est de dégager les pierres enfouies dans la végétation à la périphérie de la cabane. Plusieurs tas de pierres sont à retrouver sous les mousses, les racines et l'humus et il faut aller chercher le rocher à plus de vingt centimètres du sol naturel. La nature reprend vite ses droits mais j'ai l'impression de déterrer des vestiges vieux de plusieurs siècles.  Quoi qu'il en soit les murs nord et ouest continuent de grimper. Seul le mur sud est en panne à cause de cette souche récalcitrante pourtant bien entamée par la hache et la tronçonneuse. Il faudra du temps et de la patience pour la faire sauter.


 

   

 

 Pour poursuivre mes travaux, je suis allé me documenter chez architecture en pierre sèche  et

voilà ce que j'ai trouvé :

 
                                                                                                                                                 A Suivre ....

Repost 0
Guy Boyer boguy - dans travaux
commenter cet article
23 janvier 2006 1 23 /01 /janvier /2006 09:45

 

En décembre 1999, à la fin du siècle dernier une violente tempête abat, entre autres, plusieurs arbres au « pech d’en neige ». Ce sont des chênes, des charmes, mais aussi quelques châtaigniers et des chênes verts. Quelques années plus tard, nous décidons de débarrasser  la parcelle des arbres couchés ou arrachés par la violence du vent. Le bûcheron de Groléjac contacté suite aux recommandations des voisins aurait bien enlevé tous les arbres couchés ou non. Nous lui avons demandé de laisser les plus beaux chênes et les charmes qui bordent le penchant qui domine la Dordogne. Ce ne fut pas sans mal, son travail étant terminé il nous a laissé tout le petit bois et du nettoyage de ronces. C’est alors qu’au milieu des broussailles et des souches apparaît un mur en pierres sèches qui dépasse de la végétation. Quand j’aurais le temps, je m’emploierais à le dégager pour voir quelle est l’origine de ces vestiges, sans doute une cabane en pierre sèche appelée à tort aujourd’hui « borie ».

            Ce n’est que deux ans plus tard le 26 novembre 2005 que j’ai envie d’en savoir plus et j’entreprends le débroussaillage et le déblaiement du tas de pierre. C’était bien une cabane, assez courante dans la région, qui abritait les vignerons ou les bergers.

 

 

Après une petite heure de travail le 26/11/2005

 

Le lendemain on commence à  voir ses formes

 

 

   

           La porte apparaît ainsi que le seuil ; cette souche va être difficile à éliminer !

 

 

 

Dans le brouillard persistant j’entends une clochette qui se rapproche. J’imaginais être revenu au temps ou les chèvres trottinaient dans ces sous bois. Las ce n’était que Cybelle la chienne de Bernard qui essayait de lui débusquer une bécasse.

 

 

 

 

J’y retourne vers 14 heures pour faire quelques photos avec le soleil enfin revenu et j’en profite pour prendre quelques clichés d’une cabane voisine mais qui n’a visiblement pas du tout la même forme. Celle ci est plus haute (ce n’est pas difficile) construite comme un mur, sans lauzes.

 

       

 

 

En repartant vers le village une forme au milieu du chemin se met à bouger et à s’enfuir, j’ai tout d’abord pensé à un lièvre vu la taille. En fait c’était un jeune marcassin que j’ai revu un peu plus bas détaler en grognant.

 

 

Mercredi 27 décembre

Il fait froid, histoire de me dégourdir les jambes et les mains je monte en "neige" pour évaluer la suite des travaux. Il faut dégager les pierres en tas sur le mur ouest avant d'envisager de le reconstruire. Après quelques hésitations dues à la température ambiante et les pierres collées par le gel, la reconstruction a enfin démarrée et je peut apprécier les premiers 50 cm de hauteur de mur!

 

 

 

 

Entre temps j'ai pu aller voir des cabanes voisines et je vais essayer de m'inspirer des techniques de construction certes rustiques mais pourtant très esthétiques.

 

 

 

 

 

                      

 

 

 

     

 Dimanche 22 janvier 2006

 

 

En guise de footing je monte au pech de neige vers 10 heures, il gèle encore mais le soleil sort des bancs de brouillard et va réchauffer tout çà. Je commence par déblayer des pierres au pied de la ruine que j'entasse grossièrement sur le mur ouest avant de les mettre en place. J'arrive assez vite à hauteur d'une petite baie que je souhaite intégrer dans le mur et je repère de belles pierres qui feront l'affaire.Au bout d'une bonne heure de travail le résultat est probant, certes il reste quelques alignements et aplombs à réaliser mais le mur prend forme petit à petit. Je prend quelques photos de l'ouvrage et je le mesure pour la première fois: longueur 2.70 m, largeur: 2.55m ;hauteur: on verra plus tard...l'épaisseur des murs avoisine les 70 cm ! 

 

 

 

 

Repost 0
Guy Boyer boguy - dans travaux
commenter cet article