Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 23:00
Lu dans SUD OUEST du 3 novembre 2007
PREHISTOIRE. -- « Lascaux, le ciel des premiers hommes », ce soir sur Arte, nous éclaire sur la vraie révolution qu'a constituée l'observation céleste chez nos ancêtres

Cro-Magnon astronome
: Alain Bernard


L'homme. Observateur-né du monde, il ne pouvait qu'être fasciné par cette configuration de la voûte étoilée, source de vie, qu'il chercha toujours à reproduire symboliquement
PHOTO ARTE
Des milliers d'années avant que les Gaulois craignent la chute du ciel sur leurs têtes, nos ancêtres des cavernes étaient de fins connaisseurs du mouvement des corps célestes. Pour cause, d'une part, de liens existentiels avec les cycles de la nature et, d'autre part, de vie spirituelle, même si la Terre et le Ciel n'avaient pas encore consommé leur divorce.
Ce constat sous-tend « Lascaux, le ciel des premiers hommes » (1), tourné en juin 2006 dans la vallée de la Vézère en partenariat avec le Conseil général de la Dordogne, autour du travail pertinent de Chantal Jèques-Wolkiewiez.
Cette paléo-astronome est une habituée du Périgord, notamment de Commarque, quoique sa thèse de doctorat, en 1997, ait porté sur le ciel de l'âge du bronze dans la vallée des Merveilles. Elle-même habite Nice.


Configuration du ciel. Mme Jèques-Wolkiewiez prend d'abord soin de souligner que ce ciel néolithique de l'âge du bronze présentait, il y a 5 ou 6 000 ans, une configuration bien différente que celui du paléolithique d'il y a plus de 12 000 ans.
Le plat de résistance de son patient travail, c'est l'observation de 135 grottes de France, spécialement de Dordogne. Elle y eut la révélation statistique, par calcul des azimuts, que dans leur écrasante majorité ces cavités ornées présentent une entrée orientée en fonction des solstices et des équinoxes.


Pénétration du Soleil. Dans les romans initiatiques, un « gnomon » de cuivre offre un cheminement royal aux rayons du soleil vers le choeur de l'église Saint-Sulpice à Paris. De même, Cro-Magnon a tout fait pour que l'astre du jour inonde de lumière ses sanctuaires. Entre autres exemples, les entrées de Rouffignac, Bara-Bahau (Le Bugue) et de La Mouthe (Les Eyzies) sont illuminées au lever du soleil d'hiver. Aux Eyzies-de-Tayac, celles de Font-de-Gaume, Bernifal et Commarque le sont au coucher du Soleil d'été.


Taureaux de Lascaux. Mais le réalisateur de cet original film d'Arte, Stéphane Bégoin, se réfère magistralement à Lascaux. Il faut dire que les artistes et/ou chamans magdaléniens avaient soigneusement remarqué que la lumière du Soleil pénétrait jusqu'au fond du diverticule axial de la salle des Taureaux. Et ils avaient fait en sorte que ses rayons frappent le Bison rouge et mettent en valeur l'ensemble de la plus folle des farandoles d'animaux de la préhistoire.
La science, la magie, l'art et le rituel dans leurs rapports les plus intimes font danser à Chantal un beau quadrille avec Stéphane Bégoin et les journalistes scientifiques Pedro Lima et Vincent Tardieu, qui cosignent ce film. Document également enrichi des précieuses contributions des préhistoriens de haut vol Jean Clottes et Jean-Michel Geneste.
Un thème majeur en filigrane, dans ce 55 minutes audacieux et pas forcément encensé par tous les préhistoriens patentés, c'est l'intuition que les modes de vie, de pensée et de création étaient moins cloisonnés au solutréen qu'aujourd'hui. Il faudrait parler d'appréhension « participationniste » du monde, telle que les ethnologues peuvent encore en donner la clef chez quelques rares peuples rescapés des mirages de la modernité : Indiens, Bushmen, Inuits...


Calendriers. Une pièce maîtresse est l'extraordinaire calendrier lunaire gravé sur os de renne découvert en 1911 à l'abri Blanchard, chez Castanet, à Sergeac (Dordogne encore). Cet instrument unique de calcul du temps, ou au moins des mouvements de la Lune sur l'horizon, connut une gloire récente outre-Manche, lors d'une exposition à Greenwich.
Chantal Jègues-Wolkiewiez est passionnée par l'universalité de cette inspiration cosmique dans les arts anciens (le film revient sur plus de 30 000 ans d'expression humaine). Ce film fait en réalité ressortir que nos ancêtres « paléo » vivaient un autre rapport à la nature et à l'univers que nous. Observateurs-nés du monde animal nourricier qui les entourait, témoins apeurés ou glorieux des colères ou des bienfaits supposés des cieux, ils ne pouvaient qu'être fascinés par cette configuration de la voûte étoilée, source de vie, qu'ils cherchèrent toujours à reproduire symboliquement.
Si Cro-Magnon a développé son esprit à travers des logiques concrètes (ainsi la chasse et son organisation spatio-temporelle), il n'est pas exagéré de penser que c'est l'observation initialement très pragmatique des étoiles qui lui fit découvrir le chemin du ciel.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

beauvert 03/04/2010 12:03



Guy,


Nous venons de passer l'après midi avec Monsieur Castanet, à Sergeac.


Nous avions téléphoné pour être certains de sa présence. Nous avions quelques minutes de retard. Il nous attendait, assis dehors, un silex dans une main, un moceau de bois de Rennes dans
l'autre... j'ai la maladie du silex nous dit il en nous accueillant !


Et nous l'avons écouté, réchauffés par un des rares rayons de soleil de ce nouveau printemps


Ces yeux brillent toujours avec la même passion. Le verbe, l'anecdote, la précision...


Puis nous sommes rentrés dans le musée, son musée ... et alors ....


il nous a fait partager Sa préhistoire...


Il répond à nos questions, corrige nos erreurs, remet toutes les périodes dans l'ordre ...


Me voilà parti dans un texte ... je vais mettre la suite sur notre blog !


Allez visiter ce musée gratuit, rencontrer ce Monsieur Exceptionnel, partager sa soif de savoir, sa générosité ....



marilou 05/11/2007 19:02

Trés bel articleAmicalement en te souhaitant une agréable soiréemarilou

Mrs K 04/11/2007 23:14

La course des étoiles... ça fait rêver. Je me demande où se situait Cassiopée a cette époque

Maryse 04/11/2007 20:22

j'ai suivi ce documentaire hier avec beaucoup  de plaisir. Même si l'hypothèse de la reproduction des constellations n'a pas été retenue, le calendrier lunaire est magnifique et la découverte des orientations très pertinante. Et puis j'admire cette femme, sa détermination, sa recherche avec peu de moyens pour essayer de mettre en lumière des aspects ignorés jusque là, ou passés sous silence. Bref ! du coup je pense que je vais retourner voir Combarelles et Fond de Gaumes, J'ai beaucoup d'émotion chaque fois que je vois ces gravures. Imaginer ces hommes mesurer la course des étoiles me fait rêver. bonne soirée Boguy, à bientôt

Annie 04/11/2007 10:00

Merci Boguy, pour cet article très intéressant !!!

jean-pierre et danielle 04/11/2007 08:50

Nous étions absents hier soir ! J'espère que ce documentaire va être reprogrammé !Nous sommes loin de tout savoir sur cette période passionnante et probablement emplie de sagesse et de bon sens !

Boguy 04/11/2007 09:35

Je n'ai pas pu l'enregistrer, il faudra guetter la prochaine rediffusion, on se prévient, merci.